“être un jeune Africain aujourd’hui est une Tragédie” Charles Cédric TSIMI

Seconde partie du Bœuf-Littéraire du samedi 20 mars 2021. Nous sommes,

au fil de la lecture, en connaissances avec les décisions du protagoniste. Les femmes qu’ils rencontrent lui donnent ponctuellement un hébergement et un repas. Charles jongle avec les relations amoureuses. Sa mauvaise santé, et l’accueil momentané de la famille sensée lui procurer sécurité, le poussent à devoir se débrouiller seul. Charles est un révolté qui refuse la fatalité et l’écrasante réalité judiciaire de ce pays d’accueil. Jamais vaincu, ce roman montre à quel point la résilience du jeune homme africain, ses cultures et désir de réaliser son trajet de vie, sont des forces qu’il n’abandonne jamais. Grâce à son esprit critique et son libre arbitre, Charles refuse de se laisser embarquer dans la misère inexorable d’un sans-papier et cultive l’arrogance et l’audace avec une telle habilité que la mendicité et la vie dans la rue n’ont pas de place dans sa stratégie de survie. Battant jusqu’au bout, sa perception critique de son environnement devraient être largement diffusée. Oui, nous avons besoin en France de points de vue comme celui de Charles Cédric Tsimi. Le point de vue d’un jeune cultivé, audacieux et persistant sachant utiliser sa plume et son langage si sincère pour décrire et témoigner de la situation d’un clandestin malgré lui ne comptant que sur lui-même. Sans détour, sans compassion et sans vaines pleurnicheries. La vérité crue et les sentiments qui en découlent, sont la légitimité de tous les africains clandestins malgré eux, perspicaces et résilients ayant cette force mentale incroyable de ne pas parler de leur situation effrayante et gardant dignité contre toutes épreuves. GC – JMTV+

Related Posts